Paul FLYE SAINTE MARIE

Veuillez patientez jusqu'au chargement complet de la page ...

Réponse à une tendance dangereuse…

Une réponse qui, j’espère, rejoindra l’avis de quelqu’un.

Bonjour à tous internautes et citoyen français (pour les 90% des internautes qui visitent ce petit rien de la toile).

L’année 2015 fut très difficile pour la France dût aux attentats effroyables et barbares qui ont touché notre population. S’en est suivi d’une ribambelle de discours, de débat puant, de tensions sociales, de « mesures de sécurité » censées renforcé les moyens existants des forces de l’ordre et des représentants de la loi en leur donnant plus de possibilités et en instaurant un état d’urgence ‘permanent‘.

ob_cbc5d2_etat-d-urgence

  • Vigipirate au niveau rouge depuis les attentats de Londres en 2005
  • Vigipirate au niveau attentat depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015
  • État d’urgence depuis le 13 novembre 2015

Depuis le dernier attentat à Nice, il y’a quelques jours, la même rengaine commence et les mêmes discours nauséabonds réapparaissent dans les médias par l’intermédiaire de Français qui ont sincèrement peur.

Également par les grands groupes médiatiques qui instaurent, au travers de la répétition des images-chocs, un climat de tension et de peur permanente.

Et enfin par les politiques qui se réapproprient le désastre en arborant leur discours sécuritaire qui ne fait qu’assoir ce climat de crispation à travers des chiffres et des statistiques qui n’aideront en rien les victimes de ces ignominies.

Le pouvoir de la peur, c'est de faire voir le danger partout !

Et comme tout internaute et citoyen qui se respectent, je lis, ici et là des messages et je discute de l’attentat avec des proches et des amis.

Et un soir, allongé dans un lit, je tente de me vider ou plutôt de me rafraîchit l’esprit en faisant un tour sur mon mur Facebook et je tombe sur ce message.


Je lis avec attention et j’analyse la forme et le fond.

La forme se résume parfaitement dans l’introduction proposée par le réseau social : une femme en colère et apeurée par ces évènements horribles. Par contre, le fond… mérite une analyse complète.

Imprécisions, fausses vérités, aucune prise de recul et conclusions inquiétantes sont le lot de ce message trop largement partagé par des Français équeutés, épeurés de notre politique actuelle et qui ont, hélas peurs et qui laissent leurs peurs dictées leurs pensées.

Avant de commencer à citer ce message d’humeur, je précise une chose : Je ne veux pas faire de militantisme à travers cet article.

Je ne suis pas « PRO-PS », « PRO-Hollande » et je ne suis pas non plus un anarchiste d’ultragauche. Je ne suis d’aucun bord politique, car je ne me reconnais dans aucun discours politique actuellement. Bien que ce message va trancher par rapport aux habituels billets de ce blog, je pense qu’il est important de faire cette analyse ensemble et je préfère le partager sur mon site.

Je ne suis pas Nice, pas Charlie, pas Paris, pas Toulouse, pas Bagdad, Jérusalem ou Tel Aviv, pas Boston ou Tunis,
je ne suis pas plus du 11 septembre que d’un autre jour en particulier …
Je suis tout ça ..
Je suis en colère ..
Je suis triste …
Je suis maman, je suis famille
Je suis citoyenne
Et j’ai la nausée …

des-personnes-se-recueillent-devant-le-bataclan-en-hommage-aux-victimes-des-attentats-le-15-novembre-2015-a-paris_5463860

À travers ce message, je comprends parfaitement et j’adhère aussi à cette tristesse qui est légitime devant l’horreur absconse que provoquent ces actes de folie.
Notre pays découvre la peur qu’ont eue les États-Unis après le 11 septembre et s’aperçoit que cela se répète … souvent voir très souvent.
Je suis moi-même effaré par ces actes et au bord de l’épuisement. Un ras-le-bol général devant l’impuissance que nous avons face à de tels actes.
Cette peur qui nous fait voir les fanatiques à chaque coin de rue…
Cette inquiétude qui nous donne les conclusions avant même le début de l’enquête…
Cet équeurement qui nous pousse à écouter d’autres voix qui prononcent des discours de haine de l’autre…
Cette habitude vicieuse s’installe en nous … aux rythmes des JTs d’informations !

Alors M. Le Président … ?
Après les Discours du tout va mieux,
les marches main dans la main,
les « Moi je » … ,
les « j’ai décidé …  »
Vous agissez quand ?
Vous attendez quoi ?
Un autre carnage ?

Là, commence un autre message qui n’est pas du tout le même. Ce n’est plus de la tristesse que je lis à travers ces écrits, mais une colère contre un responsable par inaction.
Cette dame accuse le président de la République d’inaction et d’immobilisme dût à la « répétition » des attentats dans notre pays.
Or, il faut comprendre déjà les principes de base de notre démocratie : le président n’est pas un surhomme et ne peut régler seul les problèmes d’ordres.
Bien qu’il y’ait eu beaucoup d’avancés dans le domaine législatif sur le sujet de la « sécurité » depuis janvier 2015 !

Je ne peux vous conseiller de lire les articles suivants qui illustrent bien le travail complexe et complet du parlement et du gouvernement sur le domaine sécuritaire :

Et enfin pour illustré le problème de cet état d’urgence en permanence, je ne peux que conseiller de revisionner une nouvelle fois, la vidéo de la chaine DataGueule.

Je reprends la suite du billet :

Vous ouvrirez une ( autre et énième ) cellule de Crise,
reprendrez l’antenne en direct
et aurez ce même ton compatissant à vomir
qu’on ne connait que trop ( en même temps depuis Charlie vous avez eu l’occasion de le travailler ! )

Le président ne doit en aucun cas porter un discours alarmiste sous peine de voir ces concitoyens, ces partenaires européens basculer à leur tour dans une vision alarmiste de la France.
Le rôle du président est d’apporter une vision pour aller dans une direction qui peut améliorer les conditions de vie de son pays et la cohésion de ses citoyens.

Si le président ne pesait pas chacun de ces mots, s’il était trop agressif, trop alarmiste, trop dur, cela aurait un impact sur l’ensemble du pays au sens large du terme.

La tension sociale serait encore plus dure entre les citoyens français.
La méfiance s’installerait toujours plus dans les rapports à autrui et notre économie locale et nationale serait impactée plus qu’elle ne l’est déjà.

Et on finira par un joli sondage des service com. de l’Elysée : 2% ( ou 40 % on s’en fout ) des Français pensent que Hollande a su gérer l’après massacre !!!
Et vous (re-) penserez à vos primaires,
Votre trône, gérer votre coiffeur, votre maîtresse,
votre petit confort et gros acquis …
votre retraite assurée et votre avenir tracé …

Dans ce petit paragraphe, je ressens un cri de haine, non plus uniquement contre le statut du président, mais contre l’homme en lui-même.
Mais, il faut rappeler que nous sommes tous être humain.

Oui, nous avons une vie privée et le statut marital du président et ses relations personnelles sont comme indiqué : personnelles.
Concernant « le confort et les gros acquis », ils sont identiques pour les députés, pour les sénateurs et pour les anciens présidents de la République et pour les membres du Conseil constitutionnel.
Oui, les politiciens qui ont eu des fonctions de ministre et les députés et sénateurs au sein du parlement français ont des avantages … Si vous êtes contre, faites le savoir à vos députés et à vos représentants et à tout les partis politiques.

Vous avez dit ( il fallait oser quand même … ) être entré dans l’histoire …
Ah oui … ça … C’est sur …
Dans d’autres circonstances … ça me ferait mourir de rire !
J’ai juste honte pour vous … et tellement de colère !

Mais … il l’est assurément. C’est un président de la République. Tout homme devenu président de la République rentre dans l’histoire.
Après, il est certain que s’en vanter n’est pas une bonne chose. Mais replacez les affirmations dans leur contexte.
La phrase a été prononcée le 24 mai 2016, période plus calme et bien après les attentats de novembre et avant l’attentat qu’a vécu Nice, il y’a quelques jours.

Vous vous êtes entendu hier ?
J’ai décidé – sur proposition du 1er ministre – ( heureusement qu’il a eu cette bonne idée ) …
J’ai décidé – blablabla
J’ai décidé … blablabla …
6 minutes de discours soporifique improbable, déplacé ( la description de l’attaque est juste à vomir ), … mou et écrit !!!

Là encore, un président de la République n’est pas un soldat aveugle et qui fonce les yeux fermés.
Il doit y avoir une réflexion avec l’ensemble des représentants des concitoyens … donc, actuellement (sigh) avec le parlement.

Ce que vous reprochez, c’est l’immobilisme non pas du président, mais de la lenteur « classique » des organes de notre démocratie et également de la justice de notre pays.
Le président reste le chef des armées, mais ne peut pas prendre des décisions sans considérer les représentants du peuple et les conséquences de ces décisions.

La lenteur de la vie politique, police, justice ...

Il ne peut être juge, il ne peut être policier, il ne peut que représenter son pays.
Si vous désirez voir un président et donc un pays en colère, tapant du poing sur la table … je veux bien … mais contre quoi ?

  • Contre l’état islamique ?
    Nous sommes en guerre officiellement contre eux …
  • Contre les fanatiques ?
    Nous avons une police pour enquêter et nous avons une justice et des lois pour les juger.
  • Alors contre quoi ?

Comment parler – en lisant ou en récitant – d’arsenal législatif et autres foutaises inutiles !
Ahhh ? vous allez rajouter des militaires devant le Printemps à Haussmann et ailleurs pour … ? comment la nommez-vous déjà cette opération ?
… Super !!

Des foutaises inutiles ? Notre démocratie n’est pas parfaite. Loin de là, mais elle est ce qu’elle est.
Si vous êtes pour une autre vision de la démocratie, n’hésitez pas à la proposer concrètement.
Certains citoyen se posent la question et cherche des alternatives
pacifiquement.

et sinon ?
trains, bateaux, des contrôles prévus ???
… manif, émeutes, … quelque chose ?
… les fichés S perdus de vue ?
… Les services de renseignements qui ne se connaissent pas entre eux ?
… le GIGN qui attend qu’on l’autorise ?
… Les autres S qu’on connait ?
… Ceux en devenir ? …
… un truc de prévu malgré les vacances ?

Alors … c’est à ce moment que le discours dérape vers la vase de l’ineptie et de l’incohérence.
Enrobant le tout d’un discours très dangereux et appelant mille dérives.

trains, bateaux, des contrôles prévus ???

Les trains sont très largement « contrôler« , il suffit de vous rendre dans une gare d’une grande ville pour le découvrir :

  1. Militaires de l’opération Sentinelle
  2. Policiers Municipaux et Nationaux dans les gares
  3. Milices de sécurité privée de la SNCF / RATP / VEOLIA TRANSPORT / autres compagnies de transport en commun
  4. Contrôle des bagages pour les trains sortants / entrants sur le territoire via des portiques identiques aux aéroports (Gare du Nord par exemple).

Opération Sentinelle à la Gare Montparnasse

Après, si vous désirez que nous soyons TOUS contrôlés, c’est possible… mais avec des moyens colossaux !
Mais, reprenons quelques chiffres :

Le train, c’est 2 milliards de personnes qui transitent dans les 3000 gares en France selon la SNCF : https://medias.sncf.com/sncfcom/pdf/finance/profilcc/PROFIL_2015_FR.pdf
Pouvons-nous contrôler chaque valise, sacs, identités ? Non !
Et même si nous le pouvions, croyez-vous que la tension sociale sera meilleure ?

Le bateau, croyez-vous possible de contrôler chaque bateau ? Est-ce vraiment possible ?
Si nous avions des milliards à disposition peut être … mais actuellement non.
Même en sortant de Schengen, les fouilles dans les véhicules et les bateaux se feraient de façon aléatoire.
Et également, qui dit plus de policier, dit plus de salaires, dit plus d’impôt : êtes-vous prêt à cela ?

… manif, émeutes, … quelque chose ?

Cette ligne doit faire référence aux nombreuses manifestations qui ont eu lieu suite à la loi travail qui a été vigoureusement contesté par un grand nombre de concitoyens français.

Les manifestations ont toujours amené des débordements et c’est pour cela qu’il existe dans les cortèges, des personnes qui sont attitrées à la sécurité des manifestations et à la population.

La police encadre également les manifestations légales et illégales afin d’éviter tout débordement. Là encore, la tension sociale est telle qu’il y’a des débordements très violents qui sont faits.

Violences liées aux manifestations

Ces violences ont lieu, car il y’a véritablement des casseurs qui profitent de ces manifestations pour commettre des actes de dégradation et de violence contre les forces de l’ordre. C’est un fait déplorable.

Mais, il y’existe aussi des violences également policières qui ont lieu dans des manifestations … ce qui fait que la tension sociale se tend encore et toujours !

Plus de policier / CRS ? Donc potentiellement, moins de casse, mais plus de débordements et de violences policières …
Équation difficile qu’est l’ordre !
Il n’y a pas de solution miracle dans le domaine !

les fichés S perdus de vue ?

Absolument pas. Les fichés S ne sont pas perdus de vue … mais qu’est que les fichés S madame ?

« En France, les fiches S sont des fiches signalétiques du fichier des personnes recherchées. La lettre S est l’abréviation de « sûreté de l’État ». Elles sont principalement émises par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
La fiche S est subdivisée en divers niveaux matérialisés par des chiffres, qui vont de « S1 » à « S16 ».
Ce niveau de chiffres ne correspond pas à la « dangerosité » d’une personne, mais plutôt aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne.

Les personnes condamnées, et les personnes présumées innocentes sont mélangées dans le fichier. Ce mélange soulève un débat sur l’utilisation des fiches : faut-il licencier de l’emploi public, soumettre à un suivi judiciaire (pointage plusieurs fois par jour au commissariat), voire emprisonner administrativement (ce qui signifie préventivement) les personnes fichées, mais présumées innocentes ? Plusieurs responsables politiques sont favorables à ces mesures, alors que d’autres craignent au contraire que les parents ne signalent plus leurs enfants et leurs proches.

Le Premier ministre français Manuel Valls a affirmé le 24 novembre 2015 que 20 000 personnes faisaient l’objet d’une fiche S en France, dont 10 500 pour leur appartenance ou lien avec la mouvance islamiste (djihadistes, salafistes, etc.).
Les autres personnes fichées S sont d’autres terroristes (Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), la ligue liée à des mouvements tamouls, la branche militaire du Hezbollah), des écologistes zadistes (activiste de Notre-Dame-des-Landes), des hooligans (supporteur de football un peu turbulent), des membres des Black blocs, membres d’extrême droite ou gauche, etc. »

Article de Wikipédia – https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiche_S

Une fois la définition faite … que devons-nous faire ?
L’article de Wikipédia soulève les bonnes questions !

Les services de renseignements qui ne se connaissent pas entre eux ?

Là … je ne vois pas de quoi il est fait allusions … (Je veux bien comprendre pourtant !)
Mais, il faut bien encore comprendre la différence entre la défense et l’intérieur.
Nous avons des renseignements dans la défense qui ne font pas le même travail que l’intérieur et ces organisations communiquent entre eux.
Cependant, là encore, ces organisations sont composées d’être humain : qui n’ont pas la même hiérarchie, les mêmes connaissances et les mêmes informations.

Le GIGN qui attend qu’on l’autorise ?

Qu’est-ce que le GIGN ?
C’est le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale qui dépend du ministère de la Défense et du ministère de l’Intérieur.
Ces membres ne doivent pas agir sans ordre direct de leur supérieur puisqu’ils sont militaires. Ils doivent agir sous ordre … sauf qu’on sait tous qu’un ordre peut engendrer un massacre comme un sauvetage. La décision d’un assaut est quelque chose de très complexe et ne doit pas être prise à la légère, car des vies en dépendent.
Donc oui, même dans l’urgence, la décision nécessite une réflexion … donc du temps.

Les autres S qu’on connait ?

… Pas compris là … Les autres S qu’on connait ?
C’est à dire ? Des gens qui pourraient potentiellement y entrer et qui n’y sont pas ?
Mais qui définit les critères pour les fiches S ? C’est la loi … qui propose la loi, c’est le gouvernement, qui c’est qui valide / modifie la loi … c’est le parlement !
Je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher des députés pour y faire part de vos remarques / doutes.

Et voici en complément, un très bon article sur les fiches S du monde : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/08/31/terrorisme-peut-on-sanctionner-les-personnes-faisant-l-objet-d-une-fiche-s_4741574_4355770.html

Ceux en devenir ? …

Ça y’est … nous sommes en plein dans la vase nauséabonde que je redoutais.

Chancelier du film V for Vendetta

Ceux à en devenir ? On en revient donc a de la « minority report » avec une justice préventive…
« Vous allez peut-être devenir terroriste alors on vous colle l’étiquette et on vous flique, car on a un doute ».

La justice ne doit jamais marcher sur des convictions non fondées et sur de l’a priori, mais a posteriori. Sinon, vous tombez dans une société qui surveille / flique tout ce qui n’est pas dans les règles … une dictature donc !

-> « Vous êtes d’extrême droite: vous êtes racistes et donc violent : en taule/surveillance ».
-> « Vous êtes d’extrême gauche: vous êtes contre le système capitaliste donc violent : en taule/surveillance ».
-> « Vous êtes un fervent religieux chrétien/juifs/musulman = intégriste : en taule/surveillance ».
-> « Vous pratiquez une religion : risque d’être intégriste : en taule / surveillance ».
-> « Vos proches ont un casier judiciaire lourd = risque que vous deveniez dangereux : en taule / surveillance ».
-> « Vos proches ont un casier judiciaire léger = risque d’agravement : en taule / surveillance »
-> « Vous êtes né…. vous pouvez dérivé vous aussi non ? : Surveillance ? »

Moi, j’ai peur de votre pensée, madame.
J’ai peur, car elle réveille des vieux relents de racismes primaires et elle soulève des vieilles peurs infondées.

Votre vision consiste à dire qu’une catégorie particulière de personnes issues de votre réflexion est potentiellement coupable.

Votre colère vous donne l’idée qu’il faut avoir peur de son prochain, car il est peut-être un futur tueur.
Votre aveuglement permet d’assoir l’idée qu’il y’a des bons et des mauvais dans notre population en fonction de critère défini par VOS soins.

Vous êtes ( vraiment et comme toujours )à côté de la plaque :
Quand votre pays attend un discours qui sort de vos tripes et de votre cœur, clair, concis, comme un bon coup de poing sur la table,
en disant que c’est assez et que vous allez les trouver dans les plus petits recoins de l’hexagone et que vous allez nous en débarrasser …

Le président ne doit pas sortir de son rôle.
Et encore une fois… que voulez-vous que le président fasse ?
L’unique exemple que vous nous donnez fait froid dans le dos :
Désirez-vous le jugement de la justice ou la mort simple des meurtriers ?
Peut-être considérer que la peine de mort doit être rétablie, et dans ce cas, c’est un tout autre débat et chacun a le droit d’avoir ces convictions sur la peine de mort.

Pour ou contre : La vidéo historique - https://www.youtube.com/watch?v=p14QfX4zapQ

Vous nous parlez de frappes ailleurs et de sentinelles ici … de mesurettes …
avec le texte et le ton d’un élève de CM2 qui lit sa rédac en essayant d’y mettre le ton !!!

Là encore, j’attends de votre part des exemples…
Je vais vous en donner quelques- un de mon cru si vous me le permettez :

– Mettre en place dans nos écoles / collèges / lycée jusqu’en terminal, par semaine, des heures d’éducation civique qui ont un sens !

Arrêtons de nous bassiner avec la présentation du parlement et du fonctionnement de notre démocratie. Bien sûr que c’est important, mais il est aussi important que les enfants parlent de l’actualité, des évènements terrifiants comme les attentats de cette année. Il faut mettre en place des heures de débat sur l’actualité pour que chaque élève parle et échange avec les professeurs et des éducateurs spécialisés. Afin que l’on fasse comprendre enfin les mots : vivres ensemble et que l’on puisse échanger !
Le professeur et l’éducateur spécialisé fixerai chaque semaine un sujet et le proposeront aux élèves afin que la réflexion se fasse dans leur tête.
Redonnons à l’éducation le vrai sens du mot : pas une éducation dictée et poussée par les résultats, mais une éducation ouverte et dans la discussion.

– Mettre en place dans l’éducation nationale, l’étude des religions pour mieux les comprendre et comprendre les principes avec là encore des débats et des intervenants.

– Remettre en place une vraie la police de proximité.

Que la police aille présenté leur travail aux enfants et s’occupe de faire baisser cette tension sociale.
Qu’elle arrête qu’être un simple organe de contrôle et de répression, mais qu’elle aide à régler les soucis dans l’apaisement de chacun.
Bien sûr que certains quartiers de certaines villes sont très difficiles et durs contre les forces de l’ordre : Tout le monde les a abandonnés et cela a permis aux réseaux mafieux et au petit caïd de faire la loi dans ces quartiers.

– Renforcer la justice et non pas uniquement la police pour que les délais de jugement soient plus rapides.

Même mes solutions idéalistes ne pourront pas s’appliquer rapidement, car heureusement, nous ne sommes pas en dictature.
Mais faire avancer le débat, c’est déjà un début.

Tout sonne faux … parce que tout est faux
Vous vous en fichez … en fait …
Sinon il n’y aurait déjà pas eu Charlie après Toulouse, Pas le Bataclan,
… et pas hier …
Mettez donc sur votre bureau la photo d’un de ces gamins partis hier
et regardez-la jusqu’à la fin de vos jours en vous disant
que vous auriez pu l’éviter …
On espère juste que demain il n’y aura rien d’autre …

Là encore, je ne pense pas qu’un président « s’en fiche » …
Les attentats que nous avons connus sont horribles et barbares, car il ne s’agissait que d’acte d’hommes ayant perdus tout sens de la réalité et/ou qui ont été endoctriné.

Or comment lutter contre l’endoctrinement madame ?
On communique dessus et on éduque nos enfants et notre population sur les risques, sur les dérives possibles en interpellant.
Non pas en la dénonçant simplement comme aujourd’hui, mais en accompagnant la population en expliquant pourquoi ces gens s’endoctrinent.
Car, là encore, on ne devient pas terroriste parce que l’on « né » terroriste. On le devient à cause d’une succession de mauvaises rencontres et à cause d’un environnement défavorable.
Je ne dis pas non plus qu’il faut être tendre avec ces gens qui sont passés à ces actes immondes, non au contraire : il faut justice forte et démonstrative de sa neutralité et de sa rapidité accompagnée d’une éducation qui prévient les futurs risques.

Psychose - La seule possibilité dans notre démocratie ?

Et oui, j’espère ne pas croiser un fou, un meurtrier ou même un terroriste demain.
Mais si on pense cela réellement tous les jours … on ne vit plus au final et on fait leur jeu non ?

    Mais votre propension à ne rien faire, à préférer les mots mielleux aux actions, m’inspire plus la crainte que la confiance

Et bien moi … c’est pareil. Les mots mielleux que vous dénoncez me font peur … non pas parce qu’il y’aura aucune action…
Au contraire, je pense qu’il va y’avoir encore plus d’action !
Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de « débarquement » ou d' »actions coup de poing » qu’il ne se passe rien.
Au contraire, dans l’hémicycle … ils se passent beaucoup de choses et des choses inquiétantes :

Comment se fait-il que ce matin, il n’y ait pas eu de descente pour aller chercher ces prêcheurs de la mort qui retournent le cerveau de notre jeunesse désœuvrée …
Celle-là même que vous laissez grandir dans la haine et en attisant le rejet et les clivages !

Sur ces affirmations, madame, je ne comprends pas.
Savez-vous où se trouvent ces gens ? Est-ce aussi simple que cela ?
Notre jeunesse désœuvrée dont vous voulez défendre vit dans des conditions exécrables actuellement.
Rejeté socialement par nos élus et par le monde de l’entreprise, il n’est pas simple de trouver des repères.
Ne croyez-vous pas que la haine et le racisme qu’à la population française de ces jeunes ne font pas ce rejet et ces clivages que vous haïssait tant ?

On sait qui …
On sait où …

Donnez-les !
Les noms, les lieux, les raisons et les preuves.
Devenez enquêteur dans la Police et livrez ces dangereux éléments.
Et la justice fera son travail.

Pourquoi restez-vous sans rien faire en France ?
… Bombarder les lieux stratégiques de Daesh en Syrie ou Al Kaida … ailleurs

C’est sur notre sol que des enfants meurent …
Hier soir, en regardant les étoiles et les jolis feux multicolores,
Ils étaient athées, boudhistes, catholiques, juifs, musulmans, protestants …
ils avaient l’avenir devant eux
C’était des enfants de France
et vous n’avez pas su les protéger !!!

Aie… là encore, vous pensez que la menace n’est forcément qu’intérieure et qu’aucun acteur extérieur ne peut attiser le feu de la haine de l’autre ?
Oui, hier soir, des enfants et des personnes sont morts devant les feux d’artifice de notre fête nationale en pensant à leur avenir et à leur vie et en rêvant au lendemain.
Mais, là encore, comment protéger de personnes folles, qui n’organisent presque rien et qui décident de passer à « l’action » uniquement parce qu’ils ont la haine de leur propre vie et d’autrui ?

Assassinés par des kamikazes décérébrés
que vous pensez pouvoir effrayer en leur retirant la nationalité ?

 Vous reconnaissait donc qu’il s’agit de personne déséquilibrée qui sont donc difficilement prévisibles par leur action ?

On est en guerre,
Et l’ennemi est partout sur notre territoire !

Non, mais non …
Non … NON …
NON …. NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON
ET NON !

Quelques individus sont dangereux, mais nous ne sommes pas en guerre dans notre propre population !
Ce que vous reproche madame, c’est qu’avec ces quelques mots que vous venez de taper sur le clavier et qui a été partagé par des milliers de gens sur Facebook :
Vous attisez une haine perfide et malsaine. Vous diviser les Français entre-eux en les catégorisant entre ami et ennemi.
Le monde n’est pas à ce point binaire enfin !

J’ai l’impression de lire dans vos écrits, les propos des plus sombres personnages du siècle passé.
Illustre pour leur discours demandant l’action pour avaliser auprès d’une population désespérée, un massacre légalisé.

Je ne vais pas commenter la fin du message. Cette dame s’adressant directement à François Hollande, c’est son droit le plus strict en tant que citoyenne du monde.
Aujourd’hui, il est incohérent de produire de tel billet sans une once de recul. Les médias, continus ou non, nous créer un état de psychose quasi permanent lançant la place à la politique du « celui qui parlera le plus fort ou choquera le plus aura le droit à son heure de gloire ». Dans une démocratie, nous avons besoin de temps pour prendre les décisions les plus justes.

La réactions par la peur ou par la colère ne peut qu’engendrer une solution violente et qui ne résorbera en aucun cas la tristesse et la peine des victimes.
Cette citoyenne n’a fait qu’à travers ce billet que se défouler contre des institutions qu’elle ne considère pas tout en engluant cette rage d’un papier sentant le racisme pas frais et la haine de l’autre bien dur !
J’ai peur de la banalisation des paroles malsaines qui n’aident en rien la situation et j’ai peur d’une réaction encore plus sécuritaire…

Madame, votre message m’a blessé dans son fond.
Il n’aide pas, il ne propose rien.
Il blesse encore une population meurtrie.

La forme était tout aussi puante mais moins choquante !
Peut-être vous sentez vous fier à votre écrit… moi je déglutis à sa lecture.
J’espère vraiment que la solidarité, que la patience, que l’écoute gagnera un jour au profil de la haine, la précipitation et l’amalgame.

Ne désespérez pas

Catégorie(s) : Réaction - Tag(s) affilié(s) : ,

8 Commentaire(s)

  1. image facebook
    21 juillet 2016 à 20 h 36 min

    Je retiens que tu essaies de te vider quand tu es dans ton lit.
    Mais plus sérieusement, avec un article aussi travaillé, c’est quand même dommage que la grammaire ne suive pas. Ça decrédibilise complètement le propos. Syndrome de l’idiot du village. Sérieux, c’est insupportable. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*