Paul FLYE SAINTE MARIE

Veuillez patientez jusqu'au chargement complet de la page ...

Le début d’une nouvelle histoire et un mini-dossier résilience

« La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents. » – Boris Cyrulnik

Ça-y-est… les invitations Outlook pour mon pot de départ chez Voyages-SNCF et Altran ont été envoyé … j’espère qu’il y’aura du monde.

Je vais passer bientôt du statut de prestataire à interne …

Les pots de départs sont synonymes de moment un peu triste où on se force de faire une rétrospective de la mission et des années qui passent… C’est avec un sourire que je repense à ces moment-là et une tristesse s’installe au fil des jours jusqu’à la date du départ, car pendant ces quelques jours me reviennent les bons moments de ces années passées.

Un peu comme regarder la pub Volvic avec Zinedine Zidane et repenser à la victoire des bleus en 98 …


Mais assez de mélancolie et place à la nouvelle histoire qui commence dès ce début de mois de novembre. J’ai hâte de me présenter aux équipes de NP6 et de pouvoir contribuer à cette entreprise.

J’espère également, que mes expériences pendant ces années chez BNP Paribas PF et VSCT vont servir dans ce nouvel emploi.

J’ai énormément appris ces dernières années dans le domaine du monitoring, du management de projet via les différentes approches que j’ai pu observer pendant mes années de prestations. J’y ai découvert que l’aspect résilience d’un Système d’Information est devenu un aspect fondamental en informatique.

Je me permets dans cet article, un « mini-dossier » sur cet aspect en puisant dans mes expériences professionnelles.

Mais avant, je permets de mettre en avant un nouveau projet informatique que j’ai réalisé : Un nouveau site internet : https://syndromedekiss.com.

Syndrome de KiSS - image

Pour mieux comprendre le syndrome.

Ce site internet m’a été demandé par Soizic Carron de la Carrière afin de mettre en avant un syndrome touchant les nouveaux nés et qui est largement méconnu du monde médical et du grand public : Le syndrome de KiSS.

Je vous laisse découvrir les objectifs sur la page dédié à ce projet. Le site est en ligne depuis la mi-septembre et fonctionne parfaitement aujourd’hui.

J’aborde donc maintenant mon mini-dossier sur la résilience.

Je remercie particulièrement Benjamin (je ne donne pas son nom de famille, mais il se reconnaitra) pour m’avoir impliqué dans les étapes de la résilience lors de ma dernière mission.


Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire qu’un Système d’Information doit être opérationnelle 24h/24 et 7j/7 sans interruption.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Déjà définissons ensemble ce qu’est qu’un Système d’Information (SI).

Un SI est l’ensemble des éléments qui constitue le savoir-faire et la connaissance d’une entité (entreprise, association, groupe).

Les éléments qui composent le SI sont :

  • Les hommes et les femmes qui travaillent cette entité
  • Les outils qui sont utilisés par les membres de l’entité
  • Le savoir-faire de l’entité
    • Dans une entreprise, il s’agit du ou des produits mise en vente ou à disposition des clients.

Ce sont mes mots, ma « vulgarisation » et il existe de bien meilleures définitions sur le sujet…

La « résilience » consiste a absorbé des perturbation/teur et de la capacité du SI à s’adapter pour avoir un fonctionnement équivalent à un état stable.

Pour cela, la résilience s’appuie sur une démarche d’optimisation de l’ensemble des processus qui composent le SI et la mise en place de « perturbateurs » automatisés qui permettent d’avoir une évaluation continue du SI et, potentiellement si les éléments du SI y participent : une optimisation continue de chaque composant du SI afin d’assurer un SI stable.

La résilience travaille donc sur les aspects du monitoring des composants, l’alerting des problèmes liés à ces composants, l’organisation même de la connaissance et du partage de l’information.

Cette auto-évaluation et cette optimisation continue vont à l’encontre de beaucoup de modes managériales existants (voir ce document sur les structures d’organisations). Elle ne peut fonctionner que par l’accord de tous les acteurs qui composent le SI.

Businessman touch button interface cloud map communication webLes réticences liées à cette approches.

Cet accord n’est pas simple à obtenir car il soulève plusieurs réticences.

Ces réticences sont légitimes car ces mêmes modes de managements challengent le plus souvent les éléments sur des objectifs et des résultats. Bien souvent, les acteurs participants aux SI voient cette approche de manière négative, car la méthode principale de cette approche et de « secouer » le SI pour voir les réactions / actions et décisions qui en découlent.

Or, comme les personnes sont souvent évalués via des métriques, des objectifs ou des résultats et cette approche peut nuire à cette évaluation.

Il est donc important de communiquer à tous les aspects positifs de la résilience tout en cherchant l’approbation et la participation de la hiérarchie de la structure sur le sujet.

La résilience n’a pas pour objectif le contrôle « répressif », mais l’optimisation des processus déjà existants. Elle doit être vue comme une démarche d’accompagnement à l’amélioration continue pour une satisfaction des clients du SI et des personnes qui le composent. Et c’est pour cela qu’il est important que ce ne soit pas uniquement la hiérarchie qui met en place cet aspect de résilience, mais bien l’intégralité des acteurs qui composent le SI.

Ces « perturbateurs » ne doivent, par contre, pas détérioré sur une longue durée l’expérience du client et doivent être monitoré à leur tour pour vérifier leur bon fonctionnement.

Pour travailler cette approche, il faut donc :

  • Un budget alloué à la résilience du SI
    • Pour animer la communauté
    • Pour établir de nouveaux scénarii de résilience
    • Pour développer les outils nécessaires à ces scénarii.
    • Pour mettre en applications ces outils
    • Pour sensibiliser et accompagner les équipes à cette approche
    • Pour reporter les résultats de cette approche aux instances décisionnelles de l’entité.
  • Une acceptation de tous les éléments du SI et de la hiérarchie de l’entité.
  • Une participation de toutes les strates du SI : manager, architectes, développeurs, directeurs, scientifiques

Et vous … votre SI, est-il résilient ?
Se poser la question… est déjà un premier pas !

Catégorie(s) : Réaction, Site, Technologie - Tag(s) affilié(s) : , , , ,

0 Commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*