Paul FLYE SAINTE MARIE

Veuillez patientez jusqu'au chargement complet de la page ...

Atlassian Tour 2018 – Compte rendu ([CR])

« Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences. »
– Françoise Dolto

Bonjour à tous,

Dans ce petit billet de blog, je vais parler du salon d’Atlassian : Atlassian Team Tour 2018 qui a eu lieu le 13 février dernier.
Pardon ? Vous ne connaissez pas l’Atlassian Team Tour ?

Atlassian Team Tour
Pire… Vous ne connaissez pas Atlassian ?

Atlassian est une entreprise éditeur de logiciel qui est en charge de plusieurs applications très utilisées et qui sont utilisés pour la gestion de projet IT.
Ces logiciels sont très appréciés sur le marché de l’informatique et par les différents acteurs qui composent un projet informatique.
J’ai été moi-même amené à travailler très souvent avec plusieurs applications d’Atlassian. (Voir mes missions : VSCT, BNP Paribas PF, Colissimo et Kering IT en cours !)

Aujourd’hui, c’est plus de 50 000 entreprises qui travaillent avec les solutions proposées par Atlassian (dont de très très grande comme Disney, Ebay, Spotify, AirBnb …).

Je ne vais pas faire la présentation complète d’Atlassian, mais ce qu’il est important de comprendre en quelque mot, c’est qu’Atlassian cherche à outiller tous les aspects d’un projet informatique : De la spécification à la livraison en production du produit.

Les produits / applications les plus connues d’Atlassian sont : JIRA Software, JIRA Service Desk, Trello (racheté en janvier 2017 par Atlassian) et Confluence.
Vous pouvez les retrouver dans mes compétences 🙂 !
Alors les questions qu’on est en droit de se poser :

  • Pourquoi j’étais à cet évènement ?
  • Qu’est-ce que j’y cherchais et qu’est-ce que j’ai appris

Pourquoi j’étais à cet évènement ?

Pour répondre à cette question, je dois faire une petite parenthèse sur mon activité professionnelle du moment.

Actuellement, dans ma mission chez Kering IT, mon équipe et moi-même sommes en charge des applications JIRA Software et Confluence de l’éditeur, pour l’entreprise.
Nous paramétrons, maintenons, proposons, formons les interlocuteurs de Kering IT à ces outils.
Cette démarche a pour but d’aider et optimiser le suivi complet des projets et le partage des informations nécessaires aux différentes étapes des projets.

La gestion de projet Agile se base sur ces 3 pilliers

Mais attention, notre démarche ne s’arrête pas à la mise en place de l’outillage.

Il s’agit d’accompagner l’ensemble des interlocuteurs entourant les projets à du développements Agile (ou non) en proposant une méthodologie de gestion de projet adapté à leurs besoins (KANBAN, Agile, Cycle en V, Watterfall) et en accompagnant chaque type d’interlocuteurs : chef de projet, développeur, testeur, observateur à l’établissement d’un mindset de gestion de projet commun et aussi, il faut l’avouer à leur permettre d’acquérir un mindset Agile global.

C’est un accompagnement complexe et difficile qui se fait sur l’ensemble de l’entreprise : Du top management aux équipes de développeurs.

Chaque jour amène son lot de questionnement et de réflexion sur l’intégralité de notre approche et sur l’outillage que nous mettons en place.
Actuellement, (c’est mon avis et celui de ceux avec qui je travaille quotidiennement), Atlassian est le seul éditeur à proposer un outillage pour chaque type d’interlocuteur et pour chaques étapes d’un projet informatique « classique » :

  • Plan (Planification et rédaction des spécifications)
  • Build (Développement, Test et correction des Bugs)
  • Intégration (Continue ou non) dans le SI
  • Déploiement sur les environnements
  • Opérationnel (Observateur)
  • Retour sur le produit (Feedback, Bug)

Cet outillage évolue et suit les tendances de l’IT en proposant des fonctionnalités pour être toujours plus performant, optimisé et rapide.
Je ne connais pas de suite logiciel permettant de mettre d’accord l’ensemble des profils que l’on rencontre dans un projet informatique.

Pour expliciter cet avis, voici une illustration qui l’explique très bien :

Certains privilégient le « Tout Office » (Suite de microsoft).

  • On fait la spécification sur Word,
  • On fait nos tableaux sur Excel ainsi que notre planning complet et gestion des budgets sur Excel.
  • On fait nos présentations sur PowerPoint
  • On fait nos estimations avec Project
  • On fait nos base de données avec Access ..
  • On fait notre stockage de document avec SharePoint.

Mais, ils sont confrontés rapidement à une problématique de taille : la nécessité de mettre en place une plateforme de gestion de la connaissance à jour continuellement.
Je vais sans doute écrire un article sur ce blog sur un sujet qui me semble indispensable de traiter :

Excel et pourquoi c’est un outil est bannir pour 90% des cas d’usages dont on a l’habitude (mauvaise !) de faire.

Atlassian Team Tour 2018

Rassurez-vous, j’étais pas à Berlin, mais à Paris et c’était le 13 février... mais je préfère cette image !

Revenons à nos moutons, l’Atlassian Team Tour.

Qu’est-ce que j’y cherchais et qu’est-ce que j’ai appris

Atlassian proposait à des entreprises de découvrir un aparté, les nouveautés et les prochaines nouveautés de l’éditeur.

Nous étions donc sur un show « à l’américaine » avec des vidéos prêtes à l’emploi et des images de démonstration montrant la robustesse, la force et l’innovation des outils / approches proposé par Atlassian.
Beaucoup de ce que j’appelle : du « bullshit commercial… mais, nécessaire ».
Ne pas oublier : Atlassian est un éditeur de logiciel, c’est normal qu’ils montrent leur nouveauté et utilise cette approche… bien que je trouve la démarche ennuyeuse au possible, car, il suffit de lire le blog officiel de l’entreprise  pour se tenir informé des nouveautés et du futur de l’éditeur.

Bien que ma présence était lié à un besoin de l’entreprise Kering IT (que je ne vais pas détailler ici !), j’espérais également :

  • Obtenir autre chose qu’une simple présentation avec effet Wahou sur le dernier gadget ou outils que nous proposait Atlassian
  • Avoir des réponses aux problèmes que j’ai, à mettre en place les outils de l’éditeur et les difficultées à mettre en place un mindset Agile pour la gestion de projet.

Et est-ce que ce fut le cas ?
Oui,
mais j’ai faillit croire l’inverse.
Atlassian avait bien préparé leur coup et je les féliciterais presque.

Jira Software

Pour ceux qui voulaient juste ce tenir informé des mises à jour d’Atlassian et des performances de ces outils, ils y’a eu 3 sessions avec 3 intervenants.
Deux intervenants d’Atlassian qui nous présentaient le futur des offres de l’entreprise sur leurs solutions et Frédéric LEROY qui nous a fait un retour d’expérience de la mise en place de l’outillage d’Atlassian chez Air France KLM.
Ce dernier nous a présenté avec sincérité les bénéfices de l’outillage de l’éditeur et ce que cela à apporter à ces équipes et les transformations que cela à apporter à la célèbre compagnie d’aviation. Ce fut intéressant, car j’ai retrouvé beaucoup de sujets que nous sommes en train de rencontrer aujourd’hui, à la mise en place des outillages d’Atlassian.

Il y’avait par contre, un problème avec ces trois présentations…
Un problème simple : c’est qu’elles n’expliquaient pas les difficultés, les obstacles, les problèmes rencontrés à la mise en place de ces outils.
Elles n’expliquaient pas dans quel contexte, les applications de l’éditeur ont été mises en place.

Frédéric LEROY a affirmé qu’il s’agissait d’une volonté individuelle de vouloir mettre l’outillage de l’éditeur Atlassian pour un des projets qu’il gérait et qu’ensuite, petit à petit : « la mayonnaise a pris » ! Ce fut une team, puis deux, puis 10, puis ce fut l’aspect gestion du code, puis l’aspect du delivery … etc…

J’aurais adoré avoir une véritable conversation avec cette personne pour savoir comment il a procédé à cette « popularisation » des outils Atlassian au sein de chez Air France… Qui a pris plus de 10 ans à ce faire toute même.

  • Quels ont été les obstacles ?
  • Y’a-t-il eu des doutes ?
  • Des conflits internes à cette approche ?
  • Pour quel type de projet ?
  • Comment est-ce que cela s’est répercuter sur les équipes de développeurs internes ?
  • Et pour les prestataires ?
  • Comment la direction a-t-elle vu la montée de ces outils ?
  • etc … etc …

Il faut que tout soit parfait ? Mais alors… c’est impossible !

Mais la contrainte de temps pour l’interlocuteur et pour moi, m’a empêché de prendre le temps de discuter avec cette personne.
Bien qu’il est pris le temps de nous informer d’une réunion mensuelle (je crois) sur les outillages Atlassian qui regroupe des membres de différentes entreprises pour parler justement de ces questions… je n’ai pas eu le temps de noter le site et de prendre les coordonnées professionnelles de cette personne.
J’essayerais sans doute d’assister à une réunion et je vous ferais des retours si je peux assister à une de ces réunions.

Bref, j’étais sur ma faim … et puis… arriva le dernier intervenant : Dominic Price. (Ces publications sur Atlassian : https://www.atlassian.com/blog/author/dprice)

L’intervenant que j’attendais 🙂

Bien que l’intervenant confessa en début de session un accent complexe (note d’humour de l’intervenant), cette personne a mis les pieds dans le plat.
Il a pris le constat simple suivant :

Pour une bonne collaboration dans le travail, il faut les bonnes personnes, les bonnes applications et les bonnes pratiques.

Mais comment, pouvons-nous savoir si les pratiques, les personnes et les outils sont correctes pour une bonne collaboration ?

Dominic nous fait part de ces recherches au sein d’Atlassian et au sein des entreprises avec lesquel il a travaillé et il a étudié la problématique de la collaboration dans le travail.
A travers ces cas d’études, il a déterminé les difficultés potentielles que peuvent rencontrer les personnes / responsables qui cherchent à mettre en place un mindset agile avec les applications proposées par Atlassian.

Voici quelques difficultés :

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans vos équipes ?

Bien qu’il n’existe pas d’outil parfait et de solution miracle, Dominic s’est focalisé sur la mise en place d’un diagnostic pour connaitre l’état de santé de votre équipe.

E que s’apelerio : Team Playbook

Attention : Ce n’est qu’un diagnostic et pas une solution miracle à la professeur Tournesol.

Là où Dominic est aller plus loin, c’est qu’il propose avec ces confrères d’Atlassian et d’autres entreprises, en fonction de votre diagnostic, une réflexion sur ce qui peut améliorer le constat déterminé par le diagnostic.

Ce n’est pas un guide management pour un PDG, mais bien un guide par les équipes : POUR les équipes.

Je n’ai pas encore expérimenter le sujet, mais c’est véritablement quelque chose que je vais pousser à faire.
Et là … j’ai trouvé qu’Atlassian répondait enfin à leur mission : proposer un outillage ET une réflexion sur votre équipe.


La différence entre un Microsoft et Atlassian réside précisément sur ce point :

Microsoft cherche à vendre un outillage sans se soucier de votre méthodologie et de l’état de santé de votre équipe.
Ils sont là pour vous proposer « La » solution miracle, qui va répondre à « tout » vos problèmes… même si vous n’en avez pas besoin ou même si ce n’est pas adapté à votre contexte, à vous ou à votre entreprise : Vous allez devoir vous adapter à l’outil en suivant pas à pas les modes opératoires et notices disponibles ici et là.

Atlassian n’échappe à cette règle… MAIS, vous offre, en plus de ce packaging, une réflexion poussée sur l’état de santé de votre équipe. A base de jeux et de tests à remplir, vous allez pouvoir, en plus d’avoir des outils puissant, savoir pourquoi vous aller les mettre en place et vous aller travaillé à corriger les dysfonctionnements que vous avez identifié grâce à ces outils.

Et ça, ça m’a vraiment plu !

Paul est content 🙂 !

Autant, j’ai passé près de 3h où j’ai cru que j’étais dans une conférence à la Samsung ou à la Apple… autant j’ai passé une toute petite heure sur le cœur du sujet qui nous intéresse véritablement ici : Comment mettre en place un mindset DevOps, Agile & l’outillage qui va avec dans nos structures.

Merci Dominic, car j’ai véritablement adoré votre présentation. C’était bien rythmé, avec de l’humour.
C’était véritablement ce que je cherchais de la part d’Atlassian.
Si vous n’étiez pas là, je pense que j’aurais eu moins de considération pour Atlassian. Car avec votre travail de recherche, on voit qu’Atlassian n’a pas que pour but de vendre des applications à des entreprises, mais elle propose aussi un accompagnement poussé pour chaques équipes sur le mindset Agile & DevOps.

Sinon quoi d’autre…

Ah oui, qui dit Salon dit « Goodies » … pour mes amis les plus geeks :).
J’ai eu le droit à :

  • un beau T-Shirt XXXL qui va m’être utile chez moi pour m’imaginer en tant « qu’évangéliste » Atlassian (pendant 5 minutes).
  • Un chargeur mutli prise (USB C, Micro USB, Iphone 5 et +) utile & why not,
  • des badges des produits Atlassian (j’en ai pris et je l’affiche sur ma sacoche !)
  • des auto-colants des produits Atlassian

Bref, je conclus cet article en remerciant Atlassian de ce salon car malgré mes écrits, j’ai découvert quelques petits trucs avec les 3 premières sessions. Je remercie Frédéric LEROY de m’avoir donné envie d’en savoir plus et d’avoir pu démontrer du « bien-fondé » de mettre en place ces outils dans une entreprise et je remercie véritablement Dominic Price de son intervention. Merci à eux et merci à vous.

A la prochaine pour un nouvel article.

Catégorie(s) : Réaction, Technologie

0 Commentaire(s)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    *